Le premier tour des élections régionales en France a laissé de nombreux politiciens du pays vaincus et déprimés. Mais pas Xavier Bertrand, qui était de très bonne humeur, il y a quelques jours, en rassemblant des supporters dans une banlieue balayée par les vents de Dunkerque.

L’homme politique a remporté une telle part des voix dans la région nord des Hauts-de-France que cela a augmenté ses chances d’être le principal candidat de centre-droit à se présenter contre le président Emmanuel Macron et Marine Le Pen lors de l’élection présidentielle de l’année prochaine, un concours pour lequel il s’est déjà déclaré.

En revanche, le Rassemblement national d’extrême droite de Le Pen a fait pire que prévu le week-end dernier, et le parti au pouvoir de Macron, La République en marche, a si mal performé qu’il n’a même pas réussi à se qualifier pour le second tour de scrutin de ce dimanche dans quatre des 13 régions des territoires européens de la France.

« Nous avons réussi à faire reculer le Front National », a-t-il déclaré au Financial Times après une réunion récente avec des maires locaux et d’autres sympathisants, près de Dunkerque. « Je sais que j’ai une responsabilité particulière, de les faire reculer, de leur desserrer les mâchoires, de briser les mâchoires du Front National. » , a-t-il ajouté.

Récemment, celui qui s’est déclaré à la prochaine élection présidentielle française a fait couler beaucoup d’encres. « Xavier Bertrand n’a pas pris de pincettes ce samedi 3 juillet avec une jeune femme à qui il reprochait d’être pilotée par son opposition, en rembarrant verbalement la jeune femme à plusieurs reprises, jusqu’à la laisser en pleurs, comme le raconte Politico ce lundi 5 juillet », a rapporté le magazine Gala.

Cette dernière le questionnait sur un projet d’aménagement du territoire dans son village nordiste, mais la réponse de l’homme politique a été sans équivoque. « Si vous me posez la question, c’est forcément que vous avez des liens d’intérêts », a-t-il lâché. Un commentaire qui n’a pas manqué de faire pleurer la jeune citoyenne, qui participait pour la première fois à une table ronde.