Pendant la crise sanitaire, Philippe Etchebest tire la sonnette d’alarme. Les confinements ont laissé d’importantes stigmates auprès de ses confrères. Motivé à leur venir en aide, cette énième version de Cauchemar en cuisine va-t-elle suffire à colmater les brèches ? La réponse tout de suite !

Philippe Etchebest n’est du genre à déprimer quand quelque chose lui résiste. Donc, il vole au secours de ses amis dans son émission !

Philippe Etchebest a du pain sur la planche !

 

Philippe Etchebest est un super héros. En effet, bien avant les prémisses de la crise liée au coronavirus, il faisait tout pour venir en aide aux restaurants en difficulté. Certes, sa méthode a fait couler beaucoup de larmes. Face à ce Meilleur Ouvrier de France qui demande uniquement l’excellence, ce n’est pas évident de tout remettre en question. Pour autant, avec Cauchemar en cuisine, il arrive à tout de suite cerner où ça ne va pas et comment colmater les brèches. Malheureusement, la pandémie va tout balayer sur son passage et réduire ses efforts à néant. Se voulant le porte-parole de ce secteur en perdition, il va sans cesse interpeller le gouvernement pour trouver des solutions. D’ailleurs, cela lui a donné des idées pour faire évoluer le programme. Sans plus attendre, Gossipologist vous propose de découvrir ces incroyables nouveautés.

Pendant deux jours, Philippe Etchebest ne leur laisse rien passer !


Pour Philippe Etchebest, c’est l’heure du bilan. “Ça fait maintenant dix ans que je fais cette émission.” Afin de ne pas lasser les téléspectateurs, mais aussi pour résoudre dans la durée les dossiers, il se remet sans cesse en question. C’est pourquoi, il estime qu’il “est important de réfléchir à une approche un peu différente.

Philippe Etchebest ne prend jamais de pincettes. Lorsqu’il a un objectif, il fait tout pour parvenir à ses fins sans laisser les autres sur les faims. “Pendant les 48 premières heures, qui sont extrêmement importantes, je pointe du doigt ce qui ne va pas. Et je fais prendre conscience aux gens qu’ils vont dans la mauvaise direction.” On semble loin des cinq jours où le chef observe les habitudes de ses confrères et dézinguait les réfractaires. Soucieux de mettre de l’ordre dans ce capharnaüm, il s’entoure d’une équipe de chic et de choc. Dans un sourire, il nous explique qu’une fois sur un dossier, ces “experts en pilotage d’entreprise les accompagnent encore pendant six mois” après le tournage.

Un soutien sans faille

 

Mais ce n’est pas du tout le seul chamboulement annoncé par Philippe Etchebest. Dorénavant, il souhaite s’appuyer sur l’avis de Mallory Gabsi. Arrivé presque à la fin de la onzième saison de Top Chef, le public adore le jeune chef belge. D’ailleurs, ils sont nombreux à avoir réagi à son élimination aux portes de la finale. Son rôle est multiple et essentiel à la fois. ” Il les accompagne dans les recettes, dans la découverte du restaurant…” Aussi, le chef étoilé tant redouté reste dans les coulisses tout en donnant de précieuses “directives en fonction des candidats et de leurs capacités à cuisiner.”  Est-ce que la méthode va faire ses preuves ? Gossipologist a hâte de savoir !

 

Quand il revient sur les rares polémiques liées à sa présence dans Cauchemar en cuisine, Philippe Etchebest fait preuve d’humilité. “C‘était peut-être ma faute aussi, j’en donnais peut-être un peu trop.” Aujourd’hui, plus question de se mettre en colère. Ce n’est pas constructif. Cet hypersensible souhaite à présent pratiquer la zen attitude auprès de ceux qui sollicitent son aide. “Je lâche prise, et j’observe de plus loin. Ça les responsabilise plus rapidement.”

Pour Philippe Etchebest, l’heure du bilan a sonné

Pour autant, il ne le lâche pas en pleine nature. “On refait une analyse de la situation, plusieurs semaines après mon passage. J’aime bien les recevoir à Bordeaux.”  Vraiment satisfait de la façon dont tout se met en place, il raconte à nos  confrères. “Je trouve que c’est beaucoup mieux, pour les restaurateurs, parce que ça les oblige à se prendre en main beaucoup plus vite. Cette formule est vachement bien.” S’il résume, pendant deux jours, il débroussaille le terrain. Il insiste sur le fait que c’est une étape primordiale. Philippe Etchebest mettra toujours tout en œuvre afin “que Mallory puisse travailler confortablement, avec des gens qui sont déjà dans un autre état d’esprit.” La boucle est ENFIN bouclée ! Et vous, qu’en pensez-vous cher lecteur ? Est-ce vraiment la méthode infaillible pour sauver le prestige de la gastronomie à la française ? Suite au prochain numéro !