Image : dailyhealthpost

En France, le cancer du sein est le plus fréquent et enregistre à lui seul près de 12 146 décès par an. Première cause de mortalité chez la population féminine, il fait l’objet d’un dépistage presque systématique à partir de l’âge de 50 ans. Généralement, les médecins effectuent une mammographie pour détecter les anomalies des tissus mammaires avant de procéder à un traitement. Mais cet examen radiologique a fait l’objet d’une véritable polémique dans le monde. De ce fait, de nombreux médias français dont Le Parisien, Le Monde ainsi que Doctissimo se sont penchés sur ce sujet en faisant intervenir des experts de la santé.

La mammographie est un examen de radiologie visant à détecter des anomalies au niveau des tissus mammaires afin de dépister le cancer du sein. Cet examen de référence utilise des rayons X, des ondes électromagnétiques, pour analyser l’intégralité de la glande mammaire. Bien que la mammographie présente des avantages, il semblerait qu’elle ne soit pas sans risques.

La mammographie : des risques sous-estimés ?

En France, de nombreux centres régionaux de coordination de dépistages invitent les femmes de plus de 50 ans à effectuer un test de dépistage du cancer du sein. Grâce à cette initiative établie depuis 2004, les femmes effectuent une mammographie chez un radiologue agréé afin de de détecter au plus tôt d’éventuelles lésions précancéreuses.

Mammographie : Medical News Today

Mais selon l’association UFC-Que choisir, citée par Le Monde, ces campagnes de dépistage du cancer du sein peuvent avoir de lourdes conséquences pour les femmes. En effet, toujours selon le média français, un rapport de 2016 du comité d’orientation de la concertation citoyenne et scientifique sur le dépistage du cancer du sein aurait mis en exergue les risques de recourir systématiquement à une mammographie sans présenter de symptômes particuliers. Ainsi, si le dépistage et la mammographie notamment sont fortement valorisés pour détecter le cancer à un stade précoce et augmenter les chances de guérison, cet examen radiographique du sein n’en est pas moins à l’abri de certains reproches. Le Monde les a passé en revue:

Le surdiagnostic :

Le principale risque de la mammographie est le surdiagnostic. Ce dernier représente le fait de détecter des lésions cancéreuses qui n’auraient peut-être jamais évoluées vers un cancer. Selon une étude canadienne dont les résultats ont été relayés par l’Express, 22% des cancers seraient surdiagnostiqués. Mais certains experts tiennent à nuancer ces résultats. Comme l’explique le Pr Catherine Hill, épidémiologiste à l’Institut Gustave-Roussy au Figaro, en ajoutant “des femmes plus jeunes comme c’est le cas dans cette étude, il ne faut pas s’étonner de voir les bénéfices s’atténuer”. Ainsi, l’impact ne serait pas le même sur une base de donnée différente puisqu’en France, 75% des diagnostics de cancer du sein seraient survenus après l’âge de 50 ans. L’extrapolation de ces données à l’Hexagone serait donc jugée difficile.

Le surtraitement :

Lorsqu’une mammographie détecte des petites lésions tumorales sans pouvoir identifier leur évolution, les médecins peuvent proposer à la patiente des traitements très lourds. Ainsi, chimiothérapie et parfois ablation du sein peuvent altérer la qualité de vie des femmes.

Les cancers d’intervalle :

Parfois, la mammographie peut être effectuée et ne pas détecter de lésions précancéreuses. Mais quelques mois plus tard, la patiente peut développer un cancer qui passera inaperçu. En effet, elle pourrait se fier aux résultats de l’examen et ne pas avoir recours à un dépistage alors que la tumeur se propage au niveau des tissus mammaires.

Les cancers radio-induits :

Lors d’une mammographie, les médecins utilise un appareil qui exposerait la femme à des radiations. Or, ces dernières ne sont pas sans conséquence pour le corps. En effet, une étude indique que ce rayons X peuvent augmenter les risques de cancer du sein chez une patiente qui n’y était pas prédisposée, bien que les scientifiques précisent que ces dangers sont minimes face aux avantages de la mammographie.

L’impact psychologique :

Effectuer une mammographie pour détecter un éventuel cancer du sein est déjà une démarche très stressante pour une femme. En outre, elle doit souvent recourir à des examens complémentaires pour s’assurer du diagnostic. Tous ces tests ont un impact psychologique important chez la patiente et peuvent entraîner une anxiété persistante en attendant les résultats.

Qu’en pensent les scientifiques ?

La communauté scientifique reste sceptique au sujet des avantages et des inconvénients de la mammographie. Selon le docteur Anne-Vincent Salomon citée par Doctissimo, la mammographie expose le patient à des radiations à faible dose et ne devrait pas alarmer. Toutefois, puisque cet examen radiologique présente des avantages ainsi que des inconvénients, il serait judicieux d’en informer les femmes afin de les sensibiliser aux risques potentiels.

C’est ce qu’explique au Monde Suzette Delaloge, oncologue à l’Institut Gustave-Roussy. Le suivi devrait être individuel pour ne pas offrir les mêmes examens à toutes les patientes, bien qu’il demeure difficile de mettre en place un tel système en France. De ce fait, une jeune femme devrait d’abord détecter des anomalies à travers des palpations régulières des seins avant de subir une procédure plus conséquente.