Le monde des médias français est en deuil. Le journaliste et patron de chaînes, Etienne Mougeotte, est décédé ce jeudi 7 octobre 2021 à l’âge de 81 ans.

Visage incontournable du monde des médias français, Étienne Mougeotte s’en est allé ce jeudi 7 octobre 2021. Âgé de 81 ans, le journaliste et patron de chaînes laisse bien évidemment derrière lui une famille éplorée. nous vous propose donc de retracer son parcours et sa carrière qui auront fait de lui l’un des personnages les plus importants du monde de la télévision, de la presse et de la radio durant plus de cinq décennies.

Étienne Mougeotte : son décès annoncé par sa famille

De reporter à directeur de chaîne

Avant de devenir l’un des personnages les plus importants de l’histoire de TF1, Étienne Mougeotte commence sa carrière comme journaliste à Paris Normandie et puis à France Inter. Durant cette période de sa vie, il officiera comme reporter au Liban. Après avoir rejoint Europe 1 où il couvrira notamment les événements de mai 1968, il fait ses premiers pas à l’ORTF comme rédacteur en chef de la première chaîne. En parallèle, il collabore également avec RTL avant de faire son grand retour sur Europe 1. Il multiplie donc les expériences dans divers domaines avant de devenir le numéro 2 de TF1.

En 1987, Étienne Mougeotte devient effectivement le vice-président du groupe TF1 et le directeur d’antenne à partir de 1989. Il participera aussi à la création de LCI, la désormais célèbre chaîne d’info. Parmi toutes ses activités, il faut également ajouter qu’il sera aussi le vice-président les membres du conseil de surveillance de la chaîne FRANCE 24. Un parcours impressionnant pour cet homme, fils d’un père cheminot et d’une mère au foyer. À la télévision, à la radio ou dans la presse écrite, il occupera des fonctions extrêmement importantes avec des responsabilités toujours grandissantes. Une personnalité qui a mis toute son énergie dans sa carrière avec parfois le sentiment de ne pas avoir été aussi présent qu’il l’aurait souhaité pour sa famille. nous vous en dit plus.

Sur tous les fronts

Interrogé par les journalistes du magazine Paris Match il y a quelques mois, Étienne Mougeotte acceptait effectivement d’évoquer son parcours professionnel et dressait un bilan de 50 ans d’un quotidien concentré sur son travail qui l’occupait à temps plein : « C‘est peu dire que ma vie professionnelle a dominé ma vie. Ma famille en a un peu souffert. Je le regrette aujourd’hui ». En février dernier, le célèbre homme de média racontait d’ailleurs son histoire dans un livre intitulé Pouvoirs. Dans cet ouvrage, il retrace son parcours à travers des événements importants de notre époque.

Dans cet ouvrage, Étienne Mougeotte décrit l’évolution du monde des médias en passant par l’époque des années 60 durant lesquelles le ministre de l’Information est le véritable patron des radios et des télévisions. Il explique également comment tout va rapidement évoluer avec la multiplication des chaînes, la libéralisation, l’apparition de la publicité, mais aussi des nouveaux moyens de communication et d’information. Témoin privilégié des relations entre les médias et le pouvoir, le journaliste de formation revient notamment sur la manière dont certains présidents interagissaient avec les rédactions. Un homme qui aura connu des époques très différentes entre ses débuts dans les années 60 et les années 2000.

 

View this post on Instagram

 

Une publication partagée par franceinfo (@franceinfo)

Une inversion des rôles

À l’occasion de sa dernière interview accordée à Paris Match au début de cette année, l’ancien vice-président du groupe TF1 évoquait ainsi la relation entre les dirigeants et les médias : « Pendant toute la période où l’audiovisuel s’est installé chez les Français, les pouvoirs successifs n’ont cessé de vouloir les contrôler. Lorsque je débute à France Inter dans les années 60, la journée commence par une réunion dans le bureau d’Alain Peyrefitte, ministre de l’Information. Quand je prends la direction de la rédaction d’Europe 1 en 1974, Jacques Chirac a décidé de limoger l’ensemble de l’état-major pour « persiflage ». À l’heure actuelle, la situation est renversée. Ce sont les médias qui mènent la vie dure aux politiques ».

Fin observateur du monde qui l’entourait, Étienne Mougeotte avait donc choisi de retracer son histoire et d’écrire ses mémoires par le prisme du monde des médias qu’il connaissait bien évidemment très bien. Un livre qu’il avait pourtant longtemps hésité à publier : « J’ai mis du temps à me décider, par pudeur. Au moment d’écrire, je me suis fixé deux principes. Je ne voulais pas régler des comptes ni tomber dans l’anecdote facile. (…) Je suis passionné par la politique. J’ai donc trouvé plus intéressant de raconter comment l’audiovisuel a réussi à s’affranchir de la tutelle des pouvoirs ». Avec sa disparition, c’est ainsi une page entière de la télévision et de la presse française qui se tourne définitivement pour un homme qui aura certainement été l’une des personnalités les plus importantes des médias ces dernières années.