Jean-Pierre Pernaut est droit dans ses bottes. Quand quelque chose ne lui convient pas, il le dit. Interrogé par Anne-Elisabeth Lemoine, il va pas se gêner pour nous faire une analyse sans concession. Ça vaut le détour !

Quand on lui donne la parole, Jean-Pierre Pernaut n’y va pas 4 chemins. Il dit tout haut ce qu’une majorité pense tout bas ! Quel courage !

Jean-Pierre Pernaut, plus en colère que jamais !

Pendant trente-cinq ans, Jean-Pierre Pernaut a illuminé notre poste de télévision. En effet, son édition de la mi-journée nous a permis d’apprendre énormément de choses sur le terroir ainsi que ses habitants. Souvent taquiné par ses confrères, il n’empêche que personne n’arrive à atteindre son niveau d’excellence. À l’aide de son caractère bien trempé, il ne laisse rien passer. Gossipologist se souvient notamment de ses taches au gouvernement pendant le premier confinement. À la fin de l’année 2020, c’est le drame pour ses fans. Il décide de céder son fauteuil à Marie-Sophie Lacarrau. Depuis ce jour, elle doit sans cesse vérifier si Julian Bugier ne prend pas la tête. À neuf mois de la présidentielle, avouez que ça serait fâcheux si TF1 permet son rôle de leader de l’info ! Très vite, on comprend que ce n’est qu’au revoir, pas un adieu. Grâce à sa plateforme JPP TV, on découvre des reportages passionnants. En somme, il est toujours là et tient à le faire savoir !

Jean-Pierre Pernaut ne digère toujours pas !

Mis à part ses rendez-vous hebdomadaires sur LCI, Jean-Pierre Pernaut est le rédacteur en chef de la revue Au cœur des régions. À l’instar de Sophie Davant ou bien de Faustine Bollaert, le mari de Nathalie Marquay nous donne son point de vue sur une énorme variété de sujets. Chez Gossipologist, on apprécie toujours entendre ce qu’il a à nous relever. Après tout, il a un réseau incroyable de connaissances et prend le temps de se documenter avant de se lancer. Alimentation, culture, tourisme, cet insatiable curieux met en avant le savoir-faire local de notre patrimoine. Et c’est tout à son honneur ! Dans le dernier numéro, on remarque bien que l’écologie revient sur la table. Farouchement opposé aux éoliennes, il le dit à qui veut l’entendre. Et tant pis si les défenseurs de la planète lui tombent dessus à bras raccourcis !

Capture d’écran (c) France 5 (c) Càvous

Invitée par Anne-Elisabeth Lemoine, cette dernière ne va pas manquer de lui demander de synthétiser son avis. En effet, c’est l’un des rares journalistes qui osent avoir une opinion à contre-courant. Face à un Alain Duhamel médusé, voici ce que déclare Jean-Pierre Pernaut “C’est une catastrophe écologique et financière” qui “n’apporte rien”. Comme un malheur n’arrive jamais seul, il estime que “ça coûte une fortune” et que “ça ne peut pas marcher” ! Et pour cause, il a constaté de ses propres yeux que “ça ne fonctionne qu’un jour sur trois”. Et vous, qu’en pensez-vous cher lecteur ? Est-ce bien le moment de taper du poing sur la table ? D’ailleurs, qui va avoir le dernier mot dans ce bras de fer ?

Un message lourd de sens !

 

En fait, qu’on se le dise, ce n’est pas tant le principe des éoliennes qui lui pose problème. C’est le fait qu’elles défigurent de magnifiques paysages. Pourquoi ne pas en installer dans les grandes villes plutôt que venir envahir des coins typiques ? Pour se faire entendre une bonne fois pour toutes, Jean-Pierre Pernaut prend une décision radicale ! Elle ne va laisser personne indifférent !

 

Face à la caméra, il s’adresse à l’actuelle ministre de la Transition écologique. À quelques mois de l’élection présidentielle, c’est l’heure du bilan pour le parti d’Emmanuel Macron. Barbara Pompilli et ses amis redoublent de vigilance. Donc, ils font tout pour convaincre que leurs actions sont bénéfiques, tant pour les citoyens que pour la nature. Ils se rendent sur tous les plateaux de télévision, y compris le décrié TPMP. Plus que jamais, on doit se montrer responsable face à notre chère planète bleue ! Jean-Pierre Pernaut croise les doigts pour qu’on ne suive jamais le chemin de l’Allemagne. En instaurant des usines à gaz et à charbon, c’est un désastre. Cerise pourrie sur le gâteau, cette décision va malheureusement de pair les effets néfastes que l’on connait ! Pour preuve, il répète en boucle que “les Allemands polluent neuf fois plus que la France” !  Qu’on soit d’accord ou pas avec lui, espérons que son message ne sera pas une énième bouteille à la mer ! Suite au prochain numéro, nous vous donnerons des nouvelles de cette polémique.