Jean-Luc Mélenchon souffre d’un problème de surdité. C’est à Marc-Olivier Fogiel qu’il avait fait cette confession. Le journaliste est revenu le 10 octobre dernier sur cette révélation.

A 70 ans, Jean-Luc Mélenchon continue d’attirer à lui les médias. Les sondages lui donnent actuellement entre 7 et 8% des intentions de vote pour les prochaines élections présidentielles de 2022. S’il aime à critiquer les médias, il ne refuse pas cependant les invitations sur les plateaux télé, comme le 23 septembre dernier sur BFM TV. Il était invité à un débat.

« Je suis partisan du blocage d’un certain nombre de prix de premières nécessités:

l’alimentation, l’énergie, l’eau…C’est un scandale, que les entreprises qui ont été privatisées ou qui doivent générer du profit, comme c’est le cas pour le gaz, comme c’est le cas pour l’électricité, soient devenues si chères. Et que ce soit quasiment devenu un luxe pour les gens. Qu’ils puissent passer l’hiver dans le noir, qu’ils puissent ne pas manger », se lamentait Jean-Luc Mélenchon sur BFM TV le 23 septembre dernier.

« Il est parti sur des choses très personnelles«

Pourtant, il existe une loi en France qui interdit déjà aux fournisseurs d’énergie de couper le courant en hiver. Cela s’appelle d’ailleurs “la trêve hivernale”. Elle a lieu d’ordinaire du 1er novembre au 31 mars. Mais cette année, elle a été rallongée jusqu’au 31 mai.

Cela signifie donc que même si on ne paie pas ses factures d’électricité ou de gaz, le fournisseur d’énergie ne peut pas couper ni l’électricité ni le gaz durant cette période. Cependant, il est possible de voir sa puissance électrique diminuée en cas de retard de paiement. Mais celle-ci ne peut pas aller en dessous de 3 kilowatts/heure.

A l’approche des élections, le chef de la France Insoumise se montre particulièrement féroce avec les journalistes. Récemment, il s’est présenté sous les projecteurs de Télématin sur France 2. C’était le 7 octobre dernier. La journaliste Caroline Roux a gardé son sang froid. Mais l’homme politique, très nerveux ce jour-là, a fini par agacer son interlocutrice.

« C’était intéressant, il exprimait les choses autrement.«

Pas facile d’interviewer Jean-Luc Mélenchon ! Le pire moment fut certainement celui vécu par David Pujadas et Laurence Ferrari, dans les années 2010. L’homme politique les a tout simplement considérés comme des laquais du pouvoir.

Cependant, une fois, il s’est montré très ouvert. Marc-Olivier Fogiel dans l’émission Rembob’Ina sur LCP/Public Sénat, a reparlé de ce moment ce 10 octobre 2021. Le directeur général de la chaîne d’information en continu BFM TV a relaté à son confrère Patrick Cohen la révélation de l’homme politique sur son Divan en 2015. Jean-Luc Mélanchon a alors dévoilé qu’il souffrait d’un problème de surdité.

Marc-Olivier Fogiel a ainsi livré ce souvenir. « On est pas dans une obligation de résultats immédiats, il n’y a pas de chrono. Et donc il y a eu des brèches, notamment avec Jean-Luc Mélenchon. Il est parti sur des choses très personnelles, même son handicap auditif qui explique beaucoup de ses colères. C’était intéressant, il exprimait les choses autrement.« , a-t-il ainsi rappelé de cet entretien de l’émission Le Divan.

« Chez nous, c’est de père en fils. »

En 2015, Jean-Luc Mélenchon officiait en tant que député européen du Front de gauche. Invité dans Le Divan, il a évoqué son problème auditif. « Chez nous, c’est de père en fils. », a-t-il ainsi lâché. D’après lui, sa colère proviendrait de cet handicap. « Vous, vous voyez les gens arriver, vous les entendez. Moi, non. Je les découvre quand ils sont sur moi (…) Ça m’a toujours fait rire quand on me présente. On dit sans arrêt : ‘il tonne, il tonitrue, il vocifère…’.« , avait-il ainsi poursuivi.

Sans remords, Marc-Olivier Fogiel l’avait donc accueilli avec plaisir. Pourtant, cinq ans auparavant, Jean-Luc Mélenchon l’avait dézingué dans les colonnes de Télé-Loisirs : « En 2005, après la victoire du ‘non’ au référendum sur la constitution européenne, Marc-Olivier Fogiel m’avait invité dans On ne peut pas plaire à tout le monde. Au moment de m’asseoir, j’ai aperçu un type qui portait un T-shirt pour le ‘oui’. J’ai senti le piège. De fait, Fogiel a été d’une vulgarité totale avec moi, ne me laissant pas finir mes phrases tandis que le public me conspuait. À tel point que Jeanne Moreau, également invitée, m’a glissé en coulisses : ‘Monsieur, je suis désolée, je n’imaginais pas qu’on allait vous traiter comme ça.’ Je n’ai pas pardonné à Fogiel et je ne veux plus jamais me retrouver face à lui… Jamais ! » Comme quoi !