En promotion pour son prochain album, Gérard Lenorman s’est confié sur la difficile période d’enfermement, lors d’un entretien. Être privé de concerts est une épreuve qui le “tue”, a révélé le chanteur jeudi 26 août.

Pour les artistes comme Gérard Lenorman, les enfermements successifs ont été synonymes de rupture avec leur public.
Plus de concerts physiques, les chanteurs ont dû se résoudre à organiser des représentations à domicile, sur les réseaux sociaux, avec trois bouts de ficelle. Une situation compliquée que Gérard Lenorman a vécu comme un “calvaire”. “Les concerts sont ma bouée de sauvetage. Et si on me prive d’eux, ça me tue. Là, je suis à moitié mort”, a déclaré le chanteur de 76 ans dans les colonnes du Parisien, jeudi 26 août.

En plus de 40 ans de carrière, Gérard Lenorman a eu une chance “incroyable” : il n’a jamais cessé de se produire sur scène. “Je n’ai jamais arrêté sauf depuis un an et demi”, s’attriste l’interprète de Si j’étais président, en promotion de son prochain album Le goût du bonheur. C’est ce projet qui lui a permis de tenir le coup. “Heureusement, j’ai terminé l’album. L’enfermement était une torture”, a-t-il confié au Parisien, révélant qu’il souffrait d’une “grave maladie”“. “Je ne supporte pas le mensonge”, a-t-il ajouté, tout en précisant qu’il ne regarde plus la télévision car “on nous ment tous les jours”.

Un nouvel album autoproduit

Ces derniers mois ont été éprouvants pour Gérard Lenorman. Le chanteur vedette des années 1970 a dû annuler tous ses concerts à cause de la pandémie. Pire, aucune maison de disques n’a voulu produire son nouvel album. Le chanteur de La ballade des gens heureux a dû produire lui-même son album, dont le premier single a été écrit par Vianney. “Vous n’imaginez pas ce que j’ai dépensé ! Vous n’imaginez pas ce que j’ai dépensé ! Beaucoup plus que ce que je vais gagner…“, a-t-il confié à nos confrères du Parisien, avouant que produire un album à 76 ans “c’est quand même fou”.

Gérard Lenorman : ce coup dur qu’il doit affronter

Après une période d’enfermement particulièrement difficile, Gérard Lenorman était déterminé à sortir un nouvel album, mais aucune maison de disques ne voulait le produire.

Alors que son ancien producteur Jean-Claude Camus ne cesse de crier qu’il est “ringard” et “has been”, cela n’empêche pas Gérard Lenorman de poursuivre une carrière admirable et de parcourir la France pour reprendre ses tubes mythiques devant un public toujours aussi conquis.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Olivier Giaux (@giaux75)

Il faut dire que le chanteur-star des années 70 a la foi et qu’il est toujours populaire, malgré ce que certains pensent, comme le prouve l’hommage que lui a rendu Carla Bruni il y a quelques mois en reprenant sa célèbre Ballade des gens heureux. Mais, popularité ou pas, le chanteur de 75 ans est aujourd’hui dans une impasse.

Après un enfermement difficile (“Je suis paralysé !” affirmait-il il y a quelques semaines sur RTL Info), Gérard Lenorman doit faire face à une autre dure réalité, comme le rapporte le journal France Dimanche, actuellement en vente dans les kiosques : la plupart de ses concerts ont été annulés en raison de la pandémie de coronavirus et des mesures prises pour l’enrayer. C’est un coup dur pour ce passionné de musique qui ne rêvait que depuis des mois de pouvoir reprendre la route. Mais pire encore : il n’a pas trouvé une seule maison de disques prête à produire son prochain album.

Rejeté partout

Vingt ans après son dernier album “La Raison de l’autre” qui avait déjà eu du mal à trouver un producteur, il vit très mal cette période de rejet. Il a travaillé dur pour produire ces textes, et est frustré qu’aucun grand label ne soit intéressé. Va-t-il continuer jusqu’à ce qu’il séduise peut-être un producteur ? Va-t-il faire appel à un projet participatif, ou va-t-il enregistrer chez lui pour le diffuser sur le web ? S’il n’a pas encore pris sa décision, nous lui souhaitons bonne chance pour faire à nouveau entendre sa voix.

“J’ai une vie de merde à cause de ça” : Gérard Lenorman fait une surprenante confidence

Après 21 ans sans sortir d’album original, Gérard Lenorman revient sur le devant de la scène avec un nouvel album. S’il a mis autant de temps à se décider et à enregistrer, c’est parce qu’il est très exigeant. Un trait de caractère qui lui gâche la vie, comme il l’a confié dans les colonnes du Parisien le jeudi 26 août 2021.

Gérard Lenorman a décidé de sortir de sa tanière. A 76 ans et après 21 ans sans sortir une nouvelle chanson, l’artiste s’apprête à rompre le silence avec un nouvel album. Le Goût du bonheur sortira le 8 octobre 2021. A cette occasion, dans les colonnes du Parisien, le jeudi 26 août 2021, il s’est confié sur sa lenteur à sortir de nouvelles chansons. “Vous savez, j’ai un énorme problème, je n’ai pas la notion du temps. J’ai fait très peu de disques au fil des années parce que je suis un emmerdeur, j’ai une vie de merde à cause de ça”, a-t-il déclaré, fatigué de sa volonté de toujours faire les choses parfaitement.

“Tant que je n’obtiens pas ce que je veux, le temps ne compte pas. Gérard Lenorman peut passer dix ans sur une chanson… ou trente secondes”, a-t-il poursuivi. Au passage, il semble qu’il n’ait pas réalisé qu’il lui avait fallu 21 ans pour sortir un nouvel album de chansons originales. Il faut dire qu’il n’a sans doute pas vu le temps passer, car pendant toutes ces années, il a continué à se produire sur scène. La crise sanitaire provoquée par le coronavirus ne l’a empêché de rencontrer son public que depuis un an et demi. “Les concerts sont ma bouée de sauvetage. Et je suis en train d’en être privé. Je vis un calvaire, ça me tue”, a-t-il déclaré.

Gérard Lenorman dit souffrir d’une maladie grave.

Comme beaucoup de Français, Gérard Lenorman a très mal vécu les enfermements. Ne pas connaître toute la vérité a été pour lui un véritable calvaire. Pour cause, il affirme souffrir d’une maladie grave : il ne supporte pas le mensonge. Or, avec la crise de Covid-19, les mensonges et les changements de décision ont été nombreux. De quoi perturber l’artiste.