Le célèbre humoriste Gad Elmaleh est revenue sur son combat contre le covid 19, qui a fait des ravages sur son passage. Il faut dire que l’artiste très populaire a contracté une forme très sévère du covid, qui l’a beaucoup épuisé. Il a bien cru qu’il ne sortirait jamais la tête de l’eau face à cette situation très éprouvante physiquement et psychologiquement.

« Je suis rentré à l’hôpital Saint-Antoine le 5 mars. Dans un état… C’est vraiment la fatigue, dormir 10 heures d’affilée en pleine journée, ne pas comprendre où j’étais quand je me réveillais, ne plus avoir d’appétit, avoir des douleurs très très fortes partout, des montées de fièvre qui m’étourdissaient… C’était vraiment éprouvant. C’est la grippe multipliée par dix, vingt », a confié l’ex de Charlotte Casiraghi.

Avant de poursuivre : « Un médecin disait une chose assez juste, à savoir que les Français ne veulent pas obéir, ils ont besoin d’adhérer. C’est pas ‘bien ou pas bien’, c’est juste qu’on est comme ça. D’où peut-être la lenteur et la mécanique lourde, parce qu’en effet ce n’est pas normal, il y a quelque chose qui ne va pas. On l’a voulu ce vaccin. Il n’y a que ça qui peut nous sortir de là ».

L’humoriste est heureux pour son fils, Raphaël, issu de sa relation avec Charlotte Casiraghi, qui est scolarisé dans un établissement scolaire à Paris. En effet, à partir d’aujourd’hui, les masques pourront être enlevés dans les lieux à l’extérieur, ainsi que dans les cours de récréation. Comme beaucoup d’enfants, Raphaël avait beaucoup de mal à supporter le port du masque.

En effet, le gouvernement a levé l’obligation de porter un masque à l’extérieur en public et arrêtera ses couvre-feux nocturnes plus tôt que prévu. Les changements ont été annoncés mercredi par le Premier ministre Jean Castex.

La règle du masque a été levée jeudi, tandis que le couvre-feu nocturne prendra fin dimanche, dix jours plus tôt que prévu. « Le couvre-feu de 23 heures, qui comme vous le savez devait se poursuivre jusqu’au 30 juin, cessera de fonctionner à partir de ce dimanche, dix jours avant la date prévue », a déclaré Castex aux journalistes à l’issue d’un conseil des ministres.