rançoise Hardy qui lutte contre le cancer et évoquait récemment l’euthanasie affirme avoir tout préparé pour son fils.

Ses propos sur l’euthanasie ont beaucoup fait parler d’elle ces dernières semaines alors qu’elle lutte contre un nouveau cancer, le troisième depuis le début de ses problèmes de santé il y a quelques années. Depuis 2018, c’est d’une tumeur au cavum dont elle a été diagnostiquée. Les séances de radiothérapie et d’immunothérapie qu’elle suit ont eu des effets secondaires lourds sur son autonomie.

Sourde d’une oreille désormais, Françoise Hardy manque également d’irrigation de la sphère ORL. A travers les médias qui l’ont interviewée, la chanteuse s’est prononcée en faveur de l’euthanasie, sollicitant un encadrement légal de la pratique en France. Mais, reconnaissait-elle, en attendant que cela arrive un jour, elle sait que vu sa notoriété aucun médecin de l’aidera à partir avant qu’elle ne fasse l’expérience de douleurs plus atroces.

Et même si son entourage affirme qu’elle n’est «pas sur son lit de mort», la chanteuse, elle, assure vivre le martyre au quotidien. Aussi, elle a voulu prendre ses précautions et révèle avoir mis par écrit des dispositions testamentaires pour son fils. «Il sait qu’il est l’être que j’aime le plus au monde», a-t-elle confié.

« Avec l’aide de mon notaire, j’ai rédigé mon testament il y a quelques années. J’espère laisser à Thomas de quoi payer les frais de succession exorbitants qui lui seront réclamés, ainsi que les charges qu’un studio et un appartement où habitent de très proches amis lui coûteront », a confié la chanteuse et interprète. « Quand tout votre temps est régi par vos problèmes de santé (…), cela vous dépasse ! », explique-t-elle, indiquant : « Je suis obligée de vivre au présent. Penser que je vais devoir quitter tôt ou tard les êtres que j’aime le plus au monde, imaginer leur peine, cela me fait pleurer. J’évite autant que possible ».

Si Françoise Hardy n’éprouve aucune difficulté à parler de sa progéniture comme d’un «fils merveilleux » qui ne lui a «jamais posé aucun problème », mère et fils ne sont pourtant pas d’accord sur la question de l’euthanasie. Le musicien émet quelques réserves sur cette pratique à son avis extrême. « Nous n’en parlons pas car cela va de soi et ce n’est pas d’actualité pourl’instant. A la télévision, on est forcément mal à l’aise quand on vous oblige à aborder un sujet aussi grave et intime », précise la chanteuse.

Pourtant, c’est bien pour lui qu’elle tient le coup. « Thomas travaille et voyage beaucoup. Il vient me voir quand il est à Paris. Je suis de près ses activités. J’adore ce qu’il fait, chansons originales ou reprises (…). Il n’a pas très envie que je regarde ses prestations télévisées, mais quand on m’en informe, je ne les rate pas », confie-t-elle.