La crise n’est pas encore derrière nous. De plus, avec la vague de froid qui arrive, comment va se passer cet hiver ? nous vous dresse un bilan de la situation actuelle et donne quelques chiffres.

Cela fait deux ans que la Covid-19 est apparue en Chine et quelques semaines après, c’était la France qui était impactée. Un an et demi que notre vie a changé du tout au tout. On ne parle plus que de confinement, règles sanitaires, masques, distanciation, taux d’hospitalisations, vaccination, etc. Mais, est-ce qu’il y a enfin une lueur d’espoir ? Peut-on dire que le virus est derrière nous ? On vous fait un point sur la situation de la Covid-19, mais les nouvelles semblent être plutôt optimistes.

La crise de la Covid-19 : enfin la fin ?

Nous avons le plaisir de vous annoncer une excellente nouvelle ! En effet, il y a moins de 8000 cas de Covid-19 quotidiennement en France. Ce nombre a reculé depuis cet été, précisément depuis août. Donc, le virus se propage moins et se reproduit moins également. Ainsi, on peut dire que la pandémie régresse. Actuellement, il y a toujours plus de 1800 individus hospitalisés en réanimation. Mais le côté positif, c’est que les cas vraiment extrêmes ont diminué de 30%. D’une semaine sur l’autre, on gagne du terrain sur cette maladie. Par ailleurs, ces données ne sont malheureusement pas du tout homogènes sur l’ensemble de l’Hexagone et sur les territoires d’outre-mer. Par exemple, d’un côté la Covid-19 est trop présente dans le sud-est de la France et précisément les Bouches-du-Rhône. De l’autre, pas moins de trente-cinq départements se trouvent en dessous des seuils. En effet, ils ont seulement cinquante personnes infectées sur 100 000. Une belle victoire ! De plus, le virus reste dynamique dans les îles, comme en Martinique, Guadeloupe ou encore la Guyane.

Ainsi, le gouvernement se pose des questions et envisage des règles plus souples pour gérer la Covid-19. L’objectif serait de réfléchir à un allégement des conditions du pass sanitaire au niveau local. De ce fait, cela donnerait un peu plus d’air aux français. La rentrée scolaire aurait pu avoir un effet négatif avec une propagation rapide de la Covid-19, mais ce n’est pas le cas. Et ça fait vraiment plais*r pour l’éducation de nos enfants. Espérons que cela dure !

La vague de froid : un risque de rechute ?

On sait que l’hiver n’arrange rien et que l’épidémie peut devenir plus virulente pendant cette période. Mais selon les spécialistes, la Covid-19 devrait être moins violente que l’année dernière. En effet, les Français sont de plus en plus vaccinés. Ainsi, cela va forcément limiter les contaminations de même que les cas très compliqués. Nous l’espérons ! Car il serait encore une fois très ennuyant de revivre un confinement comme celui de fin 2020. Par contre, il faut faire preuve de vigilance. Les experts nous conseillent de ne surtout pas abandonner les gestes barrières, qui restent les premières protections contre la Covid-19. Selon les statistiques de Santé publique France, seulement six personnes sur dix respectent scrupuleusement les règles. C’est moins qu’au mois de juin. En effet, les quatre autres individus semblent relâcher leurs efforts. Ils touchent les boutons de porte, font la bise pour se dire bonjour, etc. Donc, soyez vigilants, même si l’envie est là, les Français ne peuvent pas encore se comporter comme dans la vie d’avant la Covid-19.

Malgré la vaccination, le gouvernement nous sensibilise pour cet hiver. En effet, on sait que la Covid-19 n’a pas du tout peur du froid, au contraire. De plus, avec les températures faibles, les personnes auront tendance à moins aérer leurs intérieurs. Et si on souhaite voir des proches, cela se fera forcément dans nos foyers donc dans un espace clos. Malheureusement, cela va dans le sens de l’épidémie.

Un hiver confiné : est-ce envisageable ?

En tout cas, on se pose tout de même la question : est-ce que la vaccination va permettre de passer outre un nouvel isolement pour les prochains mois ? Apparemment, personne ne semble confirmer ceci. Certes, il y a la Covid-19, mais également tous ses variants possibles. Enfin, un professeur nous redonne le moral. Arnaud Fontanet, épidémiologiste et membre du conseil scientifique, affirme qu’avec le niveau de vaccination en France, un confinement ou un couvre-feu ne devront pas être au goût du jour. En effet, 86% de personnes de plus de 12 ans ont reçu leur première injection. Par ailleurs, le télétravail pourra être augmenté si la situation s’accélère. C’est un des leviers sur lequel il est facile d’agir. De plus, les individus fragiles devront faire leur troisième dose si nécessaire afin de se protéger.

La crise de la Covid-19 est longue, rien n’est gagné d’avance. Affaire à suivre…