Charlotte Gainsbourg qui célèbre ses 50 ans ce mois de juillet a échappé au pire lorsqu’elle était adolescente. Jane Birkin rappelait cela dans ses mémoires.

A l’âge de16 ans, la fille de Serge Gainsbourg et Jane Birkin fut la cible d’une tentative d’enlèvement. Un épisode tragique dont sa mère a fait le récit dans le deuxième tome de ses mémoires, Post-scriptum, paru en 2019 aux éditions Fayard. L’histoire, qui aurait pu se terminer de façon tragique, se déroule un matin de 1987.

« Il était environ 10-11 heures ce matin, je suis allée ouvrir la porte en pyjama, je chantais la veille au Bataclan et j’ai trouvé un homme qui m’a demandé si j’étais au courant pour Charlotte Gainsbourg et la fusillade. Il a parlé de l’enlèvement, mais chut, rien de plus, il ne pouvait rien dire, je devais voir son patron au Quai des Orfèvres. Je lui ai demandé si je pouvais appeler son patron tout de suite, j’ai eu un inspecteur qui m’a dit qu’il ne pouvait rien dire au téléphone et qu’il allait venir », relate la chanteuse.

Jane Birkin, séparée de Serge Gainsbourg, entend parler de la double fusillade qui s’est déroulée place du Panthéon dans la nuit du 8 au 9 mars. d’après les informations rapportées par Le Monde, les malfaiteurs auraient reconnu avoir projeter de voler des uniformes et une voiture de service aux policiers en service, chargés de la sécurité de Laurent Fabius, alors Premier ministre.

Au nombre de quatre, trois jeunes hommes et une femme se réclamant du mouvement terroriste Action Directe, ils envisageaient d’enlever Kate Barry et la sœur de Lou Doillon, en se faisant passer pour des policiers pour ensuite réclamer une rançon ! Une histoire troublante pour Serge Gainsbourg et les siens, mais dont Charlotte Gainsbourg semble s’être remise.

Adolescente discrète, elle vit mal la notoriété de ses parents Serge Gainsbourg et Jane Birkin. Aujourd’hui, l’actrice, mère de trois enfants, Ben, Alice et Joe (24, 18 et 10 ans), vit beaucoup mieux avec sa célébrité. Et c’est surtout grâce à son compagnon, le père de ses enfants, le réalisateur Yvan Attal, qu’elle a rencontré peu avant la disparition de son père.

« Nous sommes ensemble depuis que j’ai 19 ans. Je crois que je l’ai rencontré un mois avant la mort de mon père. Il a été tellement patient parce que j’étais une épave. Je pleurais tous les jours », confiait Charlotte Gainsbourg lors d’une interview. Elle ajoutait que la naissance de son premier enfant avait aussi eu un impact sur sa vie. « Yvan m’a dit qu’avant je ne regardais que la mort, et avec sa naissance je me suis autorisée à regarder la vie ».