Durant la précédente campagne présidentielle, Brigitte Macron a souffert le martyre, blessée par les rumeurs violentes sur son couple. Elle serait traumatisée.

Gaël Tchakaloff, auteure d’un livre intime Tant qu’on est tous les deux dont des extraits ont été publiés par Le Point, revient sur les attaques.

«J’ai suivi la campagne de 2017. Elle a été extrêmement dure pour Brigitte Macron. Les moqueries autour de son âge, les rumeurs d’homosexualité sur son mari », se rappelle l’écrivaine qui intervient régulièrement dans «Les Grosses Têtes », présentée par Laurent Ruquier sur RTL. On remettait en question leur amour. Brigitte Macron n’est pas quelqu’un qui perd la tête. Elle sait où est son ancrage ».

« Son couple lui donne une structure, une force verticale, une confiance.

Quand les Français ont élu Emmanuel Macron en mai 2017, ils ne connaissaient pas bien sa femme », poursuit Gaël Tchakaloff. Les “mormons”, le cercle de la première heure d’Emmanuel Macron, ne voulaient pas la mettre en avant parce qu’elle était blonde, plus âgée que lui, “brushingsée”. Ils ne percevaient pas son intelligence ».

« Maintenant, elle est un atout. C’est la première fois que l’on a une femme d’État auprès d’un président de la République.», a-t-elle ajouté. Brigitte Macron serait désormais un pilier dans la carrière de son mari.