Brigitte Macron aurait écarté saignement une Schéhérazade, une jeune femme de 27 ans, qui aurait fait « tomber » plusieurs hommes faisant partie de l’entourage du chef de l’Etat.

Il s’agit d’une révélation de Gaël Tchakaloff, auteure de «?Tant qu’on est tous les deux?».

Les bonnes feuilles de cet ouvrage plongeant dans l’intimité du couple présidentiel ont été publiées par « Le Point ».
Depuis la nuit des temps, « le pouvoir enfante intrigants et courtisans des deux sexes », rapporte-t-elle.

«Les ravages de Schéhérazade trahissent l’isolement des hommes de pouvoir. La jeune femme n’a rien d’exceptionnel. Mais la cour est un monde tellement fermé qu’elle est apparue comme un rayon de soleil.» La Schéhérazade en question est le surnom donné à une jolie jeune femme de 27 ans, « arrivée en stage à la cellule diplomatique de l’Élysée ».

Et durant son passage, elle aurait fait tomber « les hommes en costume-cravate un à un, comme des silhouettes en papier sur un stand de tir ».
Brigitte Macron ne prendrait plus aucun risque et les jolies filles seraient écartées de l’entourage du chef de l’Etat.

« Plus aucune femme ne ferait partie de « entourage professionnel proche » d’Emmanuel Macron.
Et si la candidature d’une jeune femme est proposée, ses conseillers l’écarteraient.

«Elles sont trop jolies, Brigitte ne voudra pas », aurait lancé un conseiller, est-il affirmé dans «Madame la Présidente (édition Plon », Brigitte Macron n’aurait rien à craindre et pour cause ! Son mari ne serait jamais dans le regard déplacé, « comme nombre de ses congénères ».
Si le chef de l’Etat aime séduire, ce serait plutôt dans le sens convaincre « quel que soit le sexe de son interlocuteur ».

«Tenaillé par une volonté obsédante de persuader, il accroche les regards, attrape les mains, comme pour mieux s’immiscer dans chaque repli des cerveaux qu’il cherche à entraîner ».