La première dame de France, Brigitte Macron serait confrontée à une période particulièrement compliquée. Il faut dire que ces derniers mois, l’épouse du chef de l’Etat n’a pas été épargnée. Récemment, c’est une très mauvaise nouvelle qui a frappé le couple présidentiel, qui a l’impression d’être trahi. Une très mauvaise nouvelle à quelques mois seulement des élections présidentielles. En effet, leur chargée d’image, Mimi Marchand, également connue pour être la patronne des paparazzis a été incarcérée.

L’une des personnalités les plus influentes du secteur des paparazzis français et un journaliste du magazine Paris Match ont été arrêtés jeudi 3 juin pour des allégations de subornation de témoins, ont indiqué à l’Agence France-Presse des sources proches du dossier.

Mimi Marchand, qui dirige l’agence BestImage, a été placée en garde à vue pour interrogatoire à Nanterre, dans l’ouest de Paris, en compagnie du journaliste François de Labarre. Cependant, François de Labarre a été libéré sans inculpation jeudi soir, a indiqué son avocat à l’AFP.

Mimi Marchand, connue sous le nom de « Mimi », travaille en étroite collaboration avec une multitude de personnalités riches et puissantes du monde de la politique et du divertissement, dont le président Emmanuel Macron et son épouse Brigitte.

Elle a été arrêtée et son domicile, qui a été perquisitionné sur ordre des magistrats enquêtant sur les allégations de corruption de l’ancien président Nicolas Sarkozy, accusé d’avoir pris de l’argent à l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi. L’ex président de la république, Nicolas Sarkozy nie les accusations.

Marchand et de Labarre ont contribué à organiser un entretien en novembre avec l’un des principaux témoins contre Sarkozy, Ziad Takieddine, dans lequel il a retiré ses allégations contre l’ancien chef de l’Etat. Par la suite, s’adressant aux enquêteurs français, Takieddine a à nouveau changé son histoire, rétractant ce qu’il avait dit à Paris Match et affirmant que ses propos avaient été « déformés ».

Le site d’investigation Mediapart, qui a annoncé la nouvelle de la détention de Marchand et de Laberre, a déclaré que le couple était soupçonné de « négociations clandestines avec M. Takieddine » afin de le convaincre de retirer ses allégations contre Sarkozy.