Ce vendredi 13 mai, Anthony Delon était l’invité de L’heure des pros sur CNews. L’occasion de révéler, selon lui, quelle femme, Alain Delon a le plus aimé.

Alain Delon en a connu des femmes. Avec son physique de jeune premier, le comédien a fait chavirer les coeurs. De Romy Schneider à la mannequin Rosalie van Breemen, en passant par Mireille Darc, Dalida ou encore Anne Parillaud, l’homme de désormais 86 ans peut se targuer d’avoir conquis de sublimes femmes. Et malgré son âge avancé, il n’a toujours pas tiré un trait sur l’amour. C’est ce que révèle son fils aîné ce vendredi 13 mai alors qu’il était l’invité de L’heure des pros sur CNews afin de promouvoir son livre Entre chien et loup (Ed. Le cherche midi).

« Qu’est-ce que tu voudrais aujourd’hui ? », a récemment demandé Anthony Delon à son père. La réponse de l’intéressé est double : « faire un dernier film » et à nouveau trouver l’amour. « J’aimerais tomber amoureux. J’aimerais avoir une femme dans ma vie pour partager ma vie. J’aimerais tomber amoureux. J’aimerais partager », a confié Alain Delon au frère d’Anouchka et Alain-Fabien. Une discussion sur l’amour qui a intrigué Pascal Praud. L’animateur a ainsi voulu savoir de laquelle de ses conquêtes, Alain Delon a été le plus amoureux. « Ma mère », réplique instantanément – et sans grande surprise – Anthony Delon, même s’il concède que « c’était un amour qui était peut-être moins constructif que la relation avec Mireille ».

Pourquoi Alain Delon a été davantage marqué par son idylle avec Nathalie Delon

Anthony Delon n’avait que quatre ans lorsque son père a vécu une magnifique histoire d’amour de quinze ans avec Mireille Darc mais il en garde un profond attachement. « Je l’ai aimée profondément, passionnément. Elle lui a construit sa vie », affirme celui qui a été son beau-fils jusqu’à sa majorité. Mais il en est convaincu : même si cette relation a été longue, c’est celle avec sa mère qui a davantage marqué Alain Delon. « Les deux se ressemblaient tellement. Ils étaient comme frère et soeur. Et il le dit toujours : il n’y a eu qu’une seule madame Delon. Il y en a eu une, pas deux », rapporte-t-il. Une qu’il a veillée jusqu’à sa mort, également. Reste tout de même à savoir si, avec le recul, Alain Delon donnerait la même réponse que son fils, dont l’objectivité pourrait être remise en question.