Le monument français du cinéma, Alain Delon a été confronté à un très grave AVC. Le célèbre acteur a frôlé la mort. Fort heureusement, il a retrouvé la joie de vivre avec l’arrivée au monde de son petit-fils, né le 15 février 2020. Il s’agit du fils de sa fille Anouchka. Alain Delon a passé une longue convalescence dans sa belle maison de Douchy située dans le Loiret.

Depuis cet évènement dramatique, le père de trois enfants a choisi la carte de la sécurité, en raison de la crise sanitaire qui a fait des ravages sur son passage. En effet, l’artiste émérite n’est sorti que très rarement de chez lui, afin d’éviter tous risques de contamination.

Alain Delon, est toujours suivi par une équipe médicale, composée de médecins, kinésithérapeutes et d’infirmières qui se relaient pour l’aider à se remettre sur pied. En effet, le monstre sacré du cinéma français aurait beaucoup de mal à parler et marcher. Il se bat avec beaucoup d’acharnement et de détermination pour retrouver toutes ses capacités, qui ont été altéré par ce terrible AVC.

« Mon père a fait un accident cardio-vasculaire et une légère hémorragie cérébrale. Il a été opéré à la Pitié Salpêtrière, où il est resté trois semaines en soins intensifs. Toute la famille s’est relayée à son chevet, mon frère, ma sœur et ma mère Nathalie », avait annoncé, au moment des faits, son fils Anthony Delon, auprès de l’AFP.

Aujourd’hui, il se sentirait beaucoup mieux, et il se présentera dans les prochaines semaines face à son public, après une pause d’un an et demi. Par ailleurs, l’hebdomadaire parodique ‘Trance Dimanche’, qui reprend le même code couleur que le magazine people France Dimanche a publié un dossier sur l’acteur et a fait des confidences très inquiétantes à son égard. D’après nos confrères, Alain Delon aurait été « retrouvé nu, drogué, errant dans la rue ».

Cependant, il semblerait qu’il s’agisse d’une rumeur sans preuve. La star n’a pas évoqué cette allégation, qui s’est répandue sur les réseaux sociaux, à une vitesse fulgurante. Une chose est sûr,, c’est que ce bruit de couloir colporté par le magazine satirique est à prendre avec de grandes pincettes.